Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Les ombres brillent, le sang s'écoule- [PV Layla] [Death]
Aller à la page: 1, 2  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Au delà de ce monde Index du Forum -> Archives -> Archives des RP's
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Liù
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2013
Messages: 745
Localisation: En train d'écrire
Surnom: Elie
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon
Personnages: Marshall, 41 ans, chasseur (Je)Noé, 22 ans, Hybride cerf (je) - Billie, 16 ans, Hybride Louve (Je) - Léo Delance, 18 ans, Citadin/Hybride hyène (Tu) - Eliott Bourmault, 19 ans, Citadin (il)

MessagePosté le: Ven 15 Mai - 18:23 (2015)    Sujet du message: Les ombres brillent, le sang s'écoule- [PV Layla] [Death] Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Le vent ne soufflait pas, la lune ne brillait pas, la pluie ne tombait pas. C'était un de ces jours qui attisent la peur et l'imaginaire des humains. Quoi de plus effrayant que le ciel qui rejoint la terre, de telle sorte à créé un voile sombre et mystérieux sur le monde. C'était ainsi que les gens de la ville voyaient le brouillard. Un voile de danger qui déstabilisait leur vie tranquille, une menace. Les gens de la ville étaient beaucoup trop superstitieux à ton goût: Toi, tu n'avais pas peur des chats noirs, ni de la forêt, ni de l'océan et encore moins du brouillard. C'est vrai que c'était un phénomène étrange, encore inexpliqué dans ce monde. Pourquoi les nuages descendaient-ils du ciel? Pourquoi ces choses contre nature pouvaient-elles seulement existé? La plupart des gens ne s'en préoccupait pas, sauf les jours de pluie où on maudissait ces nuages. Les scientifiques ne comprenaient pas comment toute l'eau contenue dans ces boules de cotons pouvait tenir en suspension dans l'aire. Beaucoup d'écrivains en faisaient des forces divines, notamment dans ''Le règne de l'Ombre'', un livre que tu aimais bien. Toute l'histoire ne tournait pas autour des nuages, mais il y avait un passage où les personnages principaux éveillaient la colère des dieux du Ciel, qui se manifesta en un brouillard épais. D'un coté les protagonistes devaient fuir la colère divine et de l'autre un précipice se trouvait non loin de là, impossible à localiser à cause du brouillard. Tu n'étais pas fan de l'héroic fantasy d'habitude, mais ce bouquin valait vraiment le coup. Tu ne comprenais pas la peur que le brouillard inspirait aux gens. On racontait aux enfants que, dans des jours tels que celui-ci, des créatures féroces venue de la forêt se cachaient en ville et dévoraient quiconque se risque dehors. Toutes ces idioties, on te les répétaient depuis tes huit ans. En contradiction, tu trouvais le brouillard rassurant. Tu ne voyais pas les autres, et les autres ne te voyaient pas, du moins à une certaine distance. Cette façon de penser affirmait ton côté associable. Tu avais beau te considéré comme un humain, tu demeurais différent des autres. Ta famille adoptive avait été inquiète de savoir que tu sortais si tôt par un temps pareil. Mais comme à ton habitude, tu leur avais claqué la porte au nez. Tu te fichais pas mal de savoir si ton comportement rendait ta ''famille'' malheureuse. Peut être regrettaient-ils de t'avoir adopté, alors qu'ils auraient pu te laisser là, crever dehors sous la pluie. Tu n'avais jamais pris la peine de les remercier, pas même à l'âge que tu avais. Indifférent aux sentiments des autres, tu continuais à te frayer un chemin à travers les nuages, sans un mot. Aujourd'hui était un jour particulier: Pour la première fois, ton chat allait rentrer dans la forêt. Appréciant sa compagnie, tu t'étais enfin décidé à l'emmener avec toi. Pas besoin de le porter, il te suivait naturellement. Il savait que tu étais celui qui lui offrait à manger et un toit contre la pluie. C'était ça le deal entre chats et humains: De la compagnie contre de la nourriture. Une sorte d'amitié hypocrite selon toi, mais chacun y trouvait son compte alors pourquoi s'en priver? Bien sûrs, peu de gen étaient de ton avis, mais qu'importe. Tu voyais la silhouette sombre d'éclipse se détachée du brouillard. Rares étaient ceux qui se risquaient dehors. Les quelques personnes que tu avais rencontré en chemin t'avaient semblé tendues, peu sereines, avec la hâte de rentrer chez eux. Quant à toi, tu marchais lentement, prenant le temps d'admirer le nouveau visage de la ville. Elle était si différente dominée par les nuages: Tu la trouvais moins morne, moins sale. Euphémiques, les bâtiments de pierres ressemblaient à de mystérieuses montagnes régulières. Mais dès qu'on s'en approchait, le brouillard semblait se dissiper et ils redevenaient de simples immeubles. Vu de loin, le parc semblait remplis d'animaux étranges et burlesque. Mais en le traversant, ces créatures se transformaient en banc banaux ou en aire de jeu pour enfant. Tu trouvais cela amusant de voir combien de simples nuages pouvaient troublés ta vue de hyène. Arrivé à la grande route, tu ne vis rien d'autre que l'ombre des futurs récoltes des champs ainsi que la cime lointaine des arbres de l'orée de la forêt. L'aube n'allait pas tarder à pointée mais il faisait encore nuit. Tout du moins, c'est ce que tu déduisis en regardant ta montre. Impossible de savoir quel temps il faisait au-delà de ce brouillard. Profitant de tes sens de hyène, tu tentas de repérer un quelconque chasseur qui se cacherait dans les parages. Après vérification, tu n'avais rien senti de suspect mais restais sur tes gardes: En étant bien placé, n'importe qui pourrait passé inaperçu, même pour un odorat développé. Tu t'enfonçais lentement dans les épis de blé, tendu et vigilent. La traversé des champs se passa finalement sans encombres. Tu te sentais toujours un peu mal à l'aise sur le territoire des chasseurs, même dans les parties éloignées de ton ancienne maison. Chaque fois que tu allais en forêt, tu t'appliquais à éviter la grange de ton enfance, mais tu ne pouvais pas contourner les champs: Ils s'étendaient à l'infinie le long de la grande route. Au delà des habitations des chasseurs, des champs sauvages de coquelicots ou simplement d'herbes remplaçaient les épis de blé. La grande route quant à elle s'allongeait sur plusieurs kilomètres. Tu n'étais jamais allé au bout, mais tu savais comme tout le monde qu'elle s'arrêtait sur des travaux inachevés. Nul n'a jamais exploré l'intégralité de cette planète sur laquelle vous vivez: Quelle forme avait-elle? Quelle taille? Qu'est ce qu'il y avait dans l'océan et au delà? Et dans la forêt? Tu n'en savais rien et tu t'en moquais. Certains faisaient des recherches et étaient payés pour ça. Tu trouvais ça ridicule... Comme s'ils pouvaient flotter sur l'eau, comme le suggérait une de leurs hypothèses délirante. La place de ces gens était dans un asile selon toi. Tu les méprisais. Heureusement, ils n'étaient qu'une petite minorité de la population. Pourquoi se soucier de choses inutiles telles que la science? Cela ne changera pas le monde. Enfin, c'était ton avis. Tu venais d'entrer dans la forêt, le brouillard s'était épaissit. Tu cherchas Éclipse du regard pour t'assurer qu'il te suivait encore. Tu ne tardas pas à l'apercevoir quelques centimètres devant toi. TU l'appelas d'un sifflement et il se hâta de venir vers toi. Il se frottait contre tes pieds et tes chevilles, comme aimaient tant le faire les chats. Tu cessa vite d'y faire attention, te concentrant plutôt sur les aspects de la forêt. Chaque tronc d'arbre, chaque rocher pouvait cacher un hybride. Dans ce brouillard, la forêt était encore plus mystérieuse que d'habitude. Tu marchas pendant au moins deux heures et finis par te retrouver vers le lac. N'appréciant pas vraiment cette partie de la forêt, tu préféras partir. Dans la forêt comme en ville, on racontait toute sorte de légendes à son propos. Mais ce n'était pas le fait de rencontrer un hybride poisson ou un monstre- qui pour toi n'étaient que des croyances ridicules- que tu craignais, c'était juste la présence de l'eau. Tu penserais peut être différemment si tu avais vécu comme un hybride, mais cet endroit te semblait trop étrange, trop surréaliste. Tu étais désormais habitué aux décors morose de la ville. Voir ce lac qui se reflétait sur les arbres, qui ondulait au moindre contact... Tout cela ne te semblait pas naturel. Le brouillard qui régnait ce matin accentuait ton impression. De l'eau au milieu de la forêt... Comme beaucoup d'humains, tu trouvais cela impropre à la logique. Enfin... Tout du moins, c'est ce qu'on enseignai en ville. En effet, depuis tes huit ans, on te répétait que la forêt était dangereuse, peuplée de monstres.... Tout un bourrage de crâne que l'Amphore imposait même aux adultes par l'intermédiaire de livres, de magazines, d'affiches publicitaires... Pas de quoi améliorer ton point de vue déjà négatif sur les hybrides. Tu pensais déjà rentrer chez toi et tu t'apprêtais à faire demi-tour quand un bruit attira ton attention. Tu pensas d'abord à Éclipse, mais ce dernier était à coté de toi. L'origine du son était plus éloigné, pas besoin d'avoir une ouïe de hyène pour le savoir. Après tout, depuis que tu t'étais coupé les oreilles, tu avais la capacité d'entendre identique à celle d'un humain. Peut être légèrement supérieur, mais ce n'était pas grand chose. Tu te souvenais des longs mois que tu avais passé, sourd. Tes oreilles humaines s'étaient naturellement développée après que tu aies ''perdu'' les autres. Tu revins vite au présent et tu plissas les yeux pour tenter de percevoir quelque chose. Tu vis alors une ombre dans le brouillard. Tout de suite, la sérénité qui t'avais habité durant cette ballade disparue. Elle laissa place à une folie meurtrière dans ton esprit. Cette ombre avait une silhouette humaine....Mais avec des oreilles. Tu ne pouvais juger de quel animal il s'agissait, étant trop enfoncée dans le brouillard. Tu t'approchas lentement sans faire de bruit, vidé de toute lucidité. Seul comptait la mort de ta sœur. Tu savais que ce n'étais pas elle. Elle avait des oreilles bien plus petites que cet hybride. Mais tu avais toujours un doute, toujours cette folie qui survenait dès que tu en voyait un. Tu ne te contrôlais plus. Tu n'étais plus qu'à quelques mètres. Tu distinguais à présent ses cheveux, ses oreilles -de chat à première vue- et son odeur. Cela te rappelait quelque chose, cette odeur... L'hybride n'était tout de même pas... Tu t'arrêtas brusquement et restas ainsi immobile. Quelques secondes s'écoulèrent quand un miaulement d'Éclipse trahit ta présence.
""_____________________
Billie : "Du courage nom d’un loup, du courage ! Enfin… J’essayais d’être courageuse."
Léo : "Tu m'as aidé juste pour m'aider, moi je l'aurais fait car un cadavre à domicile c'est trop d'encombrement."
Eliott : "Il n'y aucune différence entre nous deux. Elle a juste des oreilles et une queue en plus, c'est tout."
Noé : "La peur, ça nous terrifie tous."


Dernière édition par Liù le Ven 20 Mai - 22:43 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
ICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
tara
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2013
Messages: 392
Localisation: dans un monde merveilleux ou demon et ange vivent en paix
Surnom: titi
Féminin Balance (23sep-22oct) 龍 Dragon
Personnages: Tara; 14 ans; citadine; Préécieuse; 14 ans; citadine. Karen; 17 ans, chasseuse de fraisiers

MessagePosté le: Mer 3 Juin - 19:43 (2015)    Sujet du message: Les ombres brillent, le sang s'écoule- [PV Layla] [Death] Répondre en citant

  • Aie !

Le soleil se levais juste, la brouillard donnait un coté surnaturelle à la forêt qui ne me déplaisait pas, il n'y avais pas grand monde dans la forêt... et moi je trouvait le moyen de casser ce beau spectacle en me prenant les pieds dans une racine.
Je me relevait cependant sans trop de mal habituer à mes chutes inopportune , incessante et à chaque fois au moment où je m'y attendait le moins. Bon à vrai dire cela et le principe même de la chute. Quand on tombe , généralement, c'est sans le faire exprès et on n'est pas content de s'écraser par terre comme une crêpe. Souvent quand les gens tombe ils font plus attention après, pendant quelque temps au moins mais...
  • aie !

Il semble que je ne soit pas dans cette catégorie de gens. Je m'écrasais par terre et je retombait une dizaines d' arbres plus loin. Si il ne m'arrive pas quelque chose d'autre avant ce soir c'est que cette journée aura été une jour de chance pour moi. Le soleil était vraiment bas et ça faisait déjà deux fois que je m'était retrouvé par terre.
Les oiseaux ne chantait pas depuis longtemps et dans la forêt tout était calme. J’étais sortie plus tôt pour pouvoir attraper ma nourriture en toute tranquillité et finalement c'est moi qui troublait la tranquillité des bois... oh un écureuil. Sans réfléchir je me lança à sa poursuite. Le petit animal se mit alors à courir. Il essaya de me semer parmi les arbres de la foret mais après une course enflammer je réussi à attraper le petit être ma convoitise. Quand j’eus le petit animal dans les mains je repris mes esprit et le relâcha vite en m'excusant . Je détesta ça quand mon instinct de chat prenait le pas sur mon coté humain et que je me mettait à faire des truc bizarre comme pourchasser des écureuil ou autre chose. J’écoutais mon coté animal quand il me disait de me méfier ou de faire des chose sensé mais quand il prenait le dessus sur la moi timide et humaine je n'aimait pas spécialement. Bon, il est vrai que de temps en temps c'était marrant car je n'avais plus peur mais souvent quand je redevenait moi j’étaie dans des situation embarrassante comme avec la bestiole de toute à l'heur.
J’oubliais très vite ce petit incident et en me dirigeant vers le lac pour pêcher mon poisson de la journée et avec un peu de chance de la semaine. La brume du matin me rappelais celle qu'il y avait eu environ un mois avant. Un jour brumeux mais il devais être celui le plus lumineux de mon encore courte existence.
Flach back
Je courais entre les bois de la forêt. J’essayais d'échapper à mes poursuivants. Le soleil était descendue bien bas depuis qu'ils avait commence a me traquer. Bien que la brume me cachais un peut, il me suivait depuis longtemps tout de même. Certes ils n'étaient pas très intelligent mais aujourd'hui ils avait décider de me prendre en chasse, si ils m'attrapaient qui savais ce qu'il pourraient me faire. Je ne savais pas pourquoi il me traitait comme ça, les seules chasseurs qui me tyrannisaient. Les même qui m'avait embêter le jour ou j'avais rencontrée l'hybride sans oreille ou même avant. Donc là je courais pour leur échapper. J'avisais alors un arbre et l'escalada à toute vitesse. Je me percha sur une branche haute et respira le plus doucement possible. Juste à temps, mes poursuivants arrivaient. Leu chef fermait la marche. Je me raidis essayant de ne pas bouger. Les garçon passèrent sans regarder au dessus d'eux. Je remarquait alors que j’étaie au bord de l’asphyxie en voyant des papillon noir voleter autours de moi.je me souvint de respirer. Je commençait à me sentir mieux quand derrière moi, une voie curieuse me demanda :
  • tu fais quoi ?

Je sursauta, me retourna me mit à paniquer en voyant quelqu’un et perdis l'équilibre. Je me mit à tomber. Oubliant de crier je me figea. Je me préparait psychologiquement à un choc avec la pierre qui se trouvait en dessous et ferma les yeux par instinct de survie je pense, comme si ça allait changer quelque chose. Je tombais... tombais, bon pas depuis des lunes non plus. Au lieu me fracasser sur la pierre dur comme je m'y attendais mais dans quelque chose de fort et chaud. Comme des bras qui m’insérais, je me sentait bien. Comment cela se fait t' il que je ne me sois pas exploser le crane contre la roche. Surprise j’ouvris les yeux. Je sursautais : en effet c’était bien des bras qui me tenais. Sûrement d'un garon. Lorsque cette information atteignis mon cerveau, je miaula de stupeur et sauta à terre. Je m'inclina et remercia :
  • merci beaucoup de m'avoir sauver !

Pas de réponse, je leva la tête pour voir mon sauveur et retins un autre miaulement. C'était Ben. Celui ci avait l'air déboussoler. Il balbutia :
  • La...Layla ? Qu'est ce qu'il c'est passé ???

J'étais aussi étonner que lui mais pas pour la même raison. Je répondis gêner :
  • tu m'a appeler Layla ?

Le jeune homme secoua la tête et nia toute en bloc :
  • quoi ? Non pas du tout ! Mais qu'est ce qu'il c'est passé bon sang ?!

Il avais beau essayer de démentir j'avais très bien entendue. Je laissa rien paraître mais cela me fit étrangement plaisir. Sûrement parce que c'était la première fois que ce garçon ne s'en prenait pas à moi quand il me voyait. Je bégaya, comme d’habitude, une réponse qui je ne sais pas si elle à été compréhensible :
  • je... je suis désoler, je n'ai pas fais exprès. Je me cachais, de toi d'ailleurs, et de tes amis , puis on m'a fais sursauter et je suis tomber dans tes bras.

À la dernière phrase, Ben, changea brusquement de couleur et vira au rouge fraise. zut je l'avais mis en colère avec mes âneries, j'aurai mieux fais de m'excuser et de partir.
Il allait répliquer quand il vit ses amis arriver :
  • et Ben, qu'est ce que...

il s’arrêta net quand il me vis puis enchaîna d'un ton railleurs :
  • tu fais ami- ami avec la sorcière maintenant ?

Le garçon rougie un peu plus. Zut il l'avais encore plus énerver, il allait me trucider maintenant. Il répliqua cependant fermement en contrôlant sa voie :
  • non je l'ai juste capturer, tu redis un truc aussi ridicule et je te tu ! compris !

L’impertinent hocha la tête puis se retourna et cria :
  • eh ! Les gars ! Y'a Ben qu'a attrapé la sorcière !!!

oh la la ça risquait de mal tourner ; pour moi. Je ne savais plus quoi faire mais n’espérait l'aide de personne. Résigner j’allais accepter mon sort qu'elle qu'il soit quand tout d'un coup derrière le brouillard je vie une ombre qui tombais. Une jeune fille qui avait de long cheveux marrons claire avec quelque mèches plus claire encore. Elle portait un short et un tee-shirt court malgré la fraîcheur de la journée. Elle se planta devant les chasseurs et sous mes yeux stupéfait commença à leur faire la morale :
  • les garçon stop stop stop ce n'est pas bien de s'en prendre au autre. Je vous l'ai déjà dit, vous êtes de vilain garnement. Heureusement que j'étais là sinon vos âmes auraient noircis... ah une dernière chose... ,Benjamin Tal Balan dit Ben, il ne faut pas mentir. Ni au autre ni à soi même !

La dernière phrase avait été prononcer plus sérieusement que les autres. j'en en restais bouche bée. On aurait dit une maman qui grondait ses enfants. C'est vrai qu'elle avait l'air plus vielle que nous mais de seulement 1 ou 2 ans je dirai, même si elle était plutôt petite pour son âge. Je croyais que les garçons allaient rechigner, rétorquer ou tout simplement l'ignorer mais ils lui obéirent et répondirent d'une seule voix :
  • Aye Karen- sama ! Désoler !

La jeune fille original mis une main sur sa hanche et se remis à gesticuler avec l'autre :
  • ce n'est pas à moi qu'il faut s'excuser mais à cette jeune fille.... ET ne m'appeler pas Karen-sama !!!!

Encore une fois la bande répondis comme une seul personne :
  • .

Justement en fait, il ne dirent rien. Ils firent demi-tour et se fondirent dans la brume.
Karen, vu qu'elle semblait s’appelait ainsi, se tourna vers moi tout sourire. Je sursauta et m'inclina :
  • merci beaucoup !

Ma sauveuse balaya le remerciement d'un haussement d'épaule, puis se mit à tourner autour de moi comme si j'étais une bête curieuse. Cet observation me mettait mal à l'aise, t’avait l'impression qu' on me jugeait. Je ne la connaissait pas cette fille ! Une chasseuse visiblement comme les méchants de tout à l'heur. Soudain alors que je commençait vraiment à m’inquiéter, elle recula et s'exclama joyeusement en se balançant d’avant en arrière :
  • Sache que je suis vraiment désoler pour tout à l'heur. Je ne voulais pas te faire tomber et je ne me doutait pas du tout que ces vilain méchant était après toi.

J’acquiesçais surprise par son tond joyeux et pas ses paroles complètement loufoque. Je m'inclina encore néanmoins :
  • ce n'est pas grave je suis désoler de t'avoir obliger à intervenir.... je rajoutas après quelque instant : et d'être monter dans ton arbre !

Elle rit et rétorqua les yeux pétillant de joie :
  • je sus intervenue par ce que j'en avais envie, c’était marrant. tu passes ton temps à t'excuse pour rien ou c'est que avec moi ?
  • Désoler !!!!

La jeune fille souris encore pour me tira par la main :
  • vies avec moi on va jouer a cache cache, je joue déjà avec mes sœurs et mon cousin

Avant que j’eus le temps de protester elle m’entraîna dans la foret derrière le brouillard et pendant qu'elle courait m’entraînant dans son sillage elle m’expliqua :
alors pour ce jeu on doit se cacher et il y a un loup qui doit nous trouver. Bien sur ce n'est pas un vrai loup, maintenant c’est mon cousin, les limites sont de là à là.
Elle me montra un gros rocher et un chêne qui semblait asse loin l'un de l'autre. Elle enchaîna :
  • comme ils savent pas encore que tu joue cette fois la tu te cache avec moi.

Je ne protesta pas et ne fis aucun commentaire désobligent. Je savais déjà jouer à cache cache et me doutait que ce n'était pas un vrai loup mais si cela lui faisait plaisirs de parler je ne dirai rien. Arriver vers un arbres asse aux la jeune fille grimpa aisément à l’arbre. Tout aussi facilement je la suivie tout en me demandant pourquoi je faisait ça. Une fois installer sur une branche cacher par les
feuillages. J'avais ouvert la bouche et allait parler quand Karen prévoyant mon geste me mit la main sur la bouche :
  • chut on va se faire repérer.

Je hocha la tête et me tue donc.
Fin du flash back
je me rappelle que cette journée fut magnifique et plaine de rebondissement. J'avais jouer toute la journée et quand le soleil s'était coucher j’étais devenue amis avec Karen et sa famille.
J'arrivais vers le lac en souriant repensant à ce moment quand une odeur inhabituelle attira mon attention. Une odeur que je connaissais mais je n'arrivait pas à me souvenirs de laquelle. C'est n'était pas l'odeur du lac ou des poissons j'en étais certaine La brume cachait tout mais mon odorat ne pouvait me tromper. Peut être un humain que j'avais déjà sentie, un chasseurs ou peut être encore un hybride. Je m'était arrêter quelque instant puis curieuse continua mon chemin. Plus je me rapprochait plus l'odeur paraissait net. Je n'arrivait pourtant toujours pas à me rappelée à qui appartenait cette odeur particulière. Un mélange d'hybride et d'humain. Un chat miaula soudain quand je me montra à la vue de la personne mystère. Je reconnue enfin sont odeur : celle de l'hybride sans oreille. J’étais à présent devant lui. C'était bien lui. Une voie criait dans ma tête :
  • Enfuie toi ! Enfuie toi ! Enfuie toi ! Ne reste pas là, qui sait ce qu'il pourrait te faire.

Je voulais partir loin très loin mais mon corps refusait de bouger. Mes genoux flageolèrent et mes dents claquait. Je tremblais et j'étais tétaniser. Je ne pouvais rien faire. Bizarrement seul mes yeux et mes lèvre pouvais encore bouger. Je cherchais un moyen de fuir quand mon regard croisa le sien.
""_____________________
Tara est une gamine qui pense que la ville n'est que corruption, Précieuse une petite peste prête à tout pour arrivé à ses fins et Karen une gamine bavarde qui n'a aucun instinct de survie…
Je ne sais pas comment je vais m'en sortir avec ces trois-là.
Revenir en haut
ICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
Liù
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2013
Messages: 745
Localisation: En train d'écrire
Surnom: Elie
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon
Personnages: Marshall, 41 ans, chasseur (Je)Noé, 22 ans, Hybride cerf (je) - Billie, 16 ans, Hybride Louve (Je) - Léo Delance, 18 ans, Citadin/Hybride hyène (Tu) - Eliott Bourmault, 19 ans, Citadin (il)

MessagePosté le: Lun 6 Juil - 09:16 (2015)    Sujet du message: Les ombres brillent, le sang s'écoule- [PV Layla] [Death] Répondre en citant

Tu ne bougeas pas, paralysé par la surprise. C'était bien l'hybride chat que tu avais rencontré à la barrière de ronces. Elle. Celle qui connaissait ton secret. Celle qui savait ce que tu étais. Elle savait. Elle savait! Une angoisse née de folie s'empara de toi. Elle savait...

Vos regards se croisèrent. Tes yeux n'étaient emplis ni de haine, ni de colère. Mais de stupéfaction. On ne pouvait pas vraiment appeler ça de la peur. L'hybride ne t'effrayais pas, non: Elle t'intriguait et te menaçait. C'était comme cela que tu la voyais: Une menace. Tu ne connaissais même pas son nom. C'était une inconnue et pourtant elle te connaissait déjà mieux que certains de tes ''amis''. Elle savait...

Tu détournas les yeux. Tu avais presque honte de montrer tes yeux d'hybrides. Tu disais qu'ils étaient noisettes, mais la couleur de l'ambre était en reconnaissable si on y faisait attention. C'était des yeux de hyène, pas d'humains. Ta vue était plus perçante, plus vive. Tu ne voulais pas regarder l'hybride chat dans les yeux. Les tiens balayèrent le lac d'un regard fuyant. Ils la fuyaient. Elle savait...

Tu tentas un pas en avant. Le brouillard était toujours présent. Si on considérais la vie comme une flamme brûlante, les quatre éléments étaient présents en un seul endroit. Le brouillard pour l'Air, le lac pour l'Eau, la forêt pour la Terre, toi et cette hybride pour le feu. Les quatre puissances de la natures étaient réunies, voila qui rendait l'atmosphère un peu plus oppressante. Mais quelle importance en vérité? Tout ceci n'était qu'un prétexte pour ne pas t'avouer que c'était l'hybride qui te déstabilisait. Elle savait...

"Toi...'' Dis-tu comme si tu espérais qu'elle te contredise sur son identité. Mais tu avais bien reconnus son odeur et son visage. Aucune erreur possible. Tu ne savais pas quoi dire d'autre. Tu ignorais même si il fallait que tu parles. Etrangement, pour la première fois depuis neuf ans, une force étrange dans ton esprit t'empêchait  de saisir ton couteau caché dans ton dos, coincé dans ta ceinture. Ta raison s'opposait-elle enfin à ta folie? Difficile à dire, on ne sait même pas si tu es vraiment fou... Mais le fais qu'elle connaisse ta véritable nature te rendait plus vulnérable. Et comme tu ne savais pas quoi faire, tu ne fis rien. Attendant simplement une réaction de l'hybride .
""_____________________
Billie : "Du courage nom d’un loup, du courage ! Enfin… J’essayais d’être courageuse."
Léo : "Tu m'as aidé juste pour m'aider, moi je l'aurais fait car un cadavre à domicile c'est trop d'encombrement."
Eliott : "Il n'y aucune différence entre nous deux. Elle a juste des oreilles et une queue en plus, c'est tout."
Noé : "La peur, ça nous terrifie tous."
Revenir en haut
ICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
tara
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2013
Messages: 392
Localisation: dans un monde merveilleux ou demon et ange vivent en paix
Surnom: titi
Féminin Balance (23sep-22oct) 龍 Dragon
Personnages: Tara; 14 ans; citadine; Préécieuse; 14 ans; citadine. Karen; 17 ans, chasseuse de fraisiers

MessagePosté le: Lun 6 Juil - 19:37 (2015)    Sujet du message: Les ombres brillent, le sang s'écoule- [PV Layla] [Death] Répondre en citant

J'avais croisé son regard. Contrairement à la dernière fois, une folie meurtrière n’habitait pas ses yeux. Il n'avait pas peur non plus, qui aurait peur de moi. Il n'était pas non plus en colère. Son regard luisait de surprise et de la stupéfaction. Bien vite il détourna son regard. Avant moi. Ça c'était une première dans mon histoire bien courte pour l'instant. On détournait les yeux avant moi. Pourquoi m'avait il fui ? Avait t' il honte de ce qu'il était ? Ne savait t 'il pas où il allait ? Était t' il perdu entre passé ,futur et présent ? Vengeance ? Peur ? Toutes ces questions n'auront peut-être jamais de réponse.
Je ne pouvais plus bouger ; paralysée par la peur que m'inspirait ce mi hybride. Je sais mi-hybride , cela fait bizarre ; un hybride était par définition un mi-quelque chose. Pourtant ce garçon n'était ni l'un ni l'autre. D'où mon appellation.Il n'était pas humain ; du sang d'hybride coulait dans ses veines et ça il ne pouvait pas le nier. Par contre il n'était plus, à mes yeux, un hybride. Il vivait chez les humains et on ne voyait plus ses oreilles. Si la dernière fois je n'avais pas sentie la cime des oreille je n'aurait rien deviner... et serais morte. Cela n'était sûrement pas le pire, le plus corrompus devait être sont âme. Un cœur corrompue par la haine qu'il nous portait, à nous, les hybride. Une âme qui n'était plus hybride mais qui n'était pas et ne serait jamais humaine. Une âme qui s'enfonçait dans les ténèbres. Seul un cœur pur pourrait le sortir de la noirceur dans laquelle il se plongeait. Un âme lumineuse comme celle de Karen qui illuminait son entourage mais elle ne le rencontrera sûrement jamais. Mais qu'est ce qui me prenait de vouloir sortir des ténèbres cet humain-hybride, je ne savais même pas son nom. Que m'avait il fait ,d’ailleurs pour je commence à croire qu'il était méchant.
Ah oui il avait voulut me tué. Je devait faire attention. Il voudrait sûrement recommencer. Cette fois il y arriverait peut-être. Et alors je serais morte. Bien évidemment puis ce qu il me tuerais. Ma vie serait anéantie au sens propre et Layla, c'est à dire moi, disparaîtrais de l'univers. Cela dit ça ne fera pas beaucoup de pleur. La plupart de gens ne m'aimait pas et n'en faisait pas un secret. Après tout je ne m'en plaignais pas jusqu'à là mon existence avait été tranquille. On m’embêtait, je pleurait, je jouait, je péchait et je recommençait. Ma rencontre avait cette humain , il est plus facile de l’appeler comme ça, avait changer ma petite vie ennuyante. J'allais peut-être mourir mais je ne pouvais pas détester celui qui allait me tué. Il avait l'air tellement perdu. Nous n'étions pas si différent. Il cherchait à comblé un vide dans son âme, cela se voyait dans son regard. J’allai mourir mais peut importe, de tout façon j'appartiens a la terre depuis toujours.
-Toi...
Moi ? Qu'avais-je ? Je croyait qu'il allait continuer et me menacer mais son ton semblait juste... indescriptible. Il se tu alors. Que voulait il que je réponde à ça. Toi... Ce n'était pas une question ni même une phrase. Je ne devais peut-être rien répondre ? U peut être que si ? Aucune idée. Pour masqué  ma gène je regardais un peu de partout. Son chat s'était éloigné. Un peu pas de grand chose. Je le regardais avec un furieuse envie de le suivre et de joué avec lui. Ne sachant pas si bouger entraînerais mon extermination je ne fis pas un geste. Pourtant je voulait tellement joué avec le chat. Mon regard passait de l'humain à l'animal qui l’accompagnais. Et comme on ne contrôle pas toujours ce qu'on pense et , dans mon cas, ce qu'on dit je lança une remarque asse bizarre compte tenue de la situation :
Tu à changer de chaussure ?
Quelle idiote ! Mais pourquoi j'avais dit ça ? Bon maintenant j'avais trop peur d’ouvrir la bouche et de sortir un autre bêtise. Je me tue donc.
""_____________________
Tara est une gamine qui pense que la ville n'est que corruption, Précieuse une petite peste prête à tout pour arrivé à ses fins et Karen une gamine bavarde qui n'a aucun instinct de survie…
Je ne sais pas comment je vais m'en sortir avec ces trois-là.
Revenir en haut
ICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
Liù
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2013
Messages: 745
Localisation: En train d'écrire
Surnom: Elie
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon
Personnages: Marshall, 41 ans, chasseur (Je)Noé, 22 ans, Hybride cerf (je) - Billie, 16 ans, Hybride Louve (Je) - Léo Delance, 18 ans, Citadin/Hybride hyène (Tu) - Eliott Bourmault, 19 ans, Citadin (il)

MessagePosté le: Sam 12 Sep - 18:20 (2015)    Sujet du message: Les ombres brillent, le sang s'écoule- [PV Layla] [Death] Répondre en citant

On ne se rend pas toujours compte de l'impact que certaines personnes peuvent avoir sur nous. Même quand on les connait à peine. La réponse de l'hybride était aussi déplacée qu'inattendue. Sa phrase simpliste te déstabilisait encore plus. Tes chaussures? Oui, ce n'était pas les mêmes. Des baskets noires au lieu de baskets blanches. Quelle importance? Pourquoi cette question puérile? N'avait-elle pas conscience de ce que tu avais tenté de faire à la barrière de ronces? Tout se mélangeait dan ta tête. D'habitude, tu ne parlais jamais aux hybrides. Tu les voyais, tu t'approchais, mettais le coup de grâce et disparaissais. Tel un fantôme, tu t'appropriais les droits de la Faucheuse sans te dire que cette liberté ne t'appartenait pas. Mais avec elle, c'était différent. Pourquoi avait-il fallut que ce ne soit pas pareil? Tu aurais pu t'éviter toutes ces hésitations et incertitudes. Le fait qu'elle sache ce que tu était changeait tout. C'était la seule. La seule qui détenait ton secret. '' Elle sait.''. Tu ne cessais de te répéter ces mots, encore et encore, comme si tu n'arrivais toujours pas à les comprendre. Tu te sentais presque gêné qu'elle sache. Ha! Toi, gêné! La hyène impassible et qui garde son sang froid en toute circonstance est gêné! Le Léo manipulateur se sent rougir de honte devant un hybride! C'est hilarant. Tu es ridicule Léo, ridicule. Pourquoi hésites-tu? Qu'est ce que cela peut faire qu'elle connaisse notre secret? Vas-y. Fais comme avec tout les autres, comme si elle ne savait pas. Ça ne change rien puisqu'elle gardera ce secret dans son sommeil éternel.


''Non, elle sait.''
Vas-y je te dis.
''Non.''
Pourquoi?
''Elle sait.''


Tu n'as donc que ces mots à l'esprit? C'est le seul argument que tu ais? Ne me mens pas Léo. Moi aussi, je sais. Je suis ta conscience et ton inconscient, je suis tes pensées, je suis toi. Par conséquent, je sais tout de toi, et tu ne peux rien me cacher. Comme le fait que cette hybride te déstabilise car tu ne sais pas ce qu'elle pense de toi. Toi, en tant qu'hybride hyène, cette nature que tu as toujours voulu refouler. C'est vrai ça, que penserait-elle de toi si elle savait tout sur toi? Si elle connaissait ton histoire, ta façon de penser et de voir le monde, ta façon de vivre? Que penserait-elle si elle te connaissait toi, simplement? Car jusqu'ici, on ne pouvait pas dire que quelqu'un te connaissait réellement. Qu'est ce que les gens savaient de toi? Tu t'appelais Léo, tu avais 18 ans. Tu étais renfermé et peu bavard. Tu menais une vie de bohème, passant tes journées à errer sans but dans les rues en marchant sur plusieurs kilomètres, t'arrêtant parfois sur un banc pour te reposer, rentrant chez toi quand il faisait froid, voyant ta bande ''d'amis'' de temps en temps, allant à des cours de philo pour passer le temps. Ce qu'ils ne savaient pas, c'est que tu te rendais parfois en forêt pour débusquer des hybrides, allais aux plages de cristal pour voler une ou deux pierres histoire de te faire un peu d'argent, t'arrangeais pour dissimuler les cicatrices sur ta tête prouvant ta vrai nature et méprisais le monde tel qu'il était. Oui, c'était un bon résumé de ta vie actuelle. Qu'est ce que tu en penses toi? Trouves-tu ta vie agréable? Tu n'as pas vraiment d'avis sur la question et tu t'en fiches un peu, n'est-ce pas? Mais elle, elle pourrait te dire ce qu'elle en pense. Personne ne t'avais jamais jugé correctement parce que personne ne te connaissait vraiment. Tu ne voulais pas la tuée, du moins pas maintenant. Tu voulais d'abord... Comment dire? Te livrer? Te confesser? Te montrer tel que tu étais à au moins une personne de ce monde? Mais pour quoi faire si c'était pour la tuer après? Tu ne vivrais pas la conscience tranquille en la sachant vivante alors qu'elle connaissait ton secret. Inutile d'attendre, Léo. Vas-y.
« LA FERME! » M'écriais-je soudain après quelques longues minutes de silence.
Trop occupé à me battre intérieurement avec cette voix dans ma tête, je n'avais pas prononcé un mot. Elle s'était tu. Enfin. Mais combien de temps encore avant qu'elle ne revienne? L'hybride devait trouver étrange que je cris cela alors qu'il régnait un silence de mort dans la forêt. Épuisé par ma discussion avec l'autre, je m'assis et observa de nouveau l'hybride. Éclipse s'était approchée d'elle entre temps pour se frotter contre elle en miaulant.
« Comment tu t'appelles? » Demandais-je alors.
Mon comportement devait la troublée ou l'effrayée peut être, je ne savais pas trop. Je me sentais étonnement calme et serein. Je voulais profiter de ce répit avant que l'autre ne revienne. Car il allait revenir, c'était certain. Mais pour l'instant, il n'y avait que moi, Éclipse et l'hybride chat. Je n'avais même pas répondu à sa remarque sur mes chaussures. Tant pis, ce n'était pas important de toute façon. Il me paraissait étrange que je demande son nom, comme dans une conversation normal entre deux personnes qui viennent de se rencontrer. Ce n'était pas dans mes habitudes d'agir comme tout le monde. Surtout pas avec une hybride. Maintenant que j'y pense, cette situation n'avait rien de normale... Un chasseur ne se met pas à converser tranquillement avec sa proie sans raison particulière. Pourquoi étais-je aussi calme? Était-ce parce que l'autre était partit? 
""_____________________
Billie : "Du courage nom d’un loup, du courage ! Enfin… J’essayais d’être courageuse."
Léo : "Tu m'as aidé juste pour m'aider, moi je l'aurais fait car un cadavre à domicile c'est trop d'encombrement."
Eliott : "Il n'y aucune différence entre nous deux. Elle a juste des oreilles et une queue en plus, c'est tout."
Noé : "La peur, ça nous terrifie tous."
Revenir en haut
ICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
tara
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2013
Messages: 392
Localisation: dans un monde merveilleux ou demon et ange vivent en paix
Surnom: titi
Féminin Balance (23sep-22oct) 龍 Dragon
Personnages: Tara; 14 ans; citadine; Préécieuse; 14 ans; citadine. Karen; 17 ans, chasseuse de fraisiers

MessagePosté le: Ven 4 Déc - 20:01 (2015)    Sujet du message: Les ombres brillent, le sang s'écoule- [PV Layla] [Death] Répondre en citant

« La ferme !!! »
Quoi ! Je leva brusquement la tête. J’étais en train de regarder le chat. J'écoutais les oiseaux, les arbres, l'eau du lac, la foret tout simplement et sentait le vent dans mes oreilles. Le crie que poussa l'humain-hybride déstabilisa la foret. Les oiseaux cessèrent de piailler, les arbres se turent, la forêt semblait avoir cesser de chanter ; même le vent paraissait s'être tue. L'humain avait crié mais ses mots paraissait distordue. Je sentie le vent. Il portait l'odeur de l'humain à moi. Une odeur d’indécisions, de peur, de colère. Tout ses sentiment mélangés me faisait peur. C'était les sentiments de l'humain-hybride ? Les mots qu'il avait prononcer était-il en relation avec les sentiments ressentie à ce moment là.
L’indécision qu'il ressentait je la comprenait même si elle me faisait peur. Devait-il me tuer ou pas. Personnellement je préférerais qu'il me laisse m'en allé.
Qu'il ai peut ne me semblait ^pas particulièrement bizarre, avant de tuer quelqu'un c'était normal d'avoir peu. Même si il semblait avoir peur pour une toute autre raison qui m'échappais.
La colère qui le faisait vibré par contre m'était complètement inconnue. Quel que soit la raison de sa colère elle était tellement forte qu'elle vibrait tout autour de nous. Elle me faisait peut. Pourtant cette colère allait de mèche avec ses deux autre sentiments, ce qui était étrange. Comment avoir peur, être indécis et en colère en même temps. Les humains, et particulièrement cette humain-hybride, sont vraiment étrange et pourtant ils nous ressemblent. Ils vivent, meurent, rient, pleurent, comme nous.
«  Comment tu t’appelles ? »
Sa question me surpris, je ne pensait pas qu'il pouvait se mettre à discourir avec moi comme si il n'avait jamais essayer de me tué. D'ailleurs aujourd'hui il n'avait rien fait de mal. Et si, ce qu'il avait fait, c'était sur le coup de la colère. Bien sur je ne lui faisait pas confiance mais pourquoi le détester. Ce n'était pas bien de détester des gens. Je préférais croire en eux. Alors je ne vois pas pourquoi je ne répondrais pas. Je fit donc un effort pour sourire malgré ma peur et dit calmement :
«  Je suis Layla. Et le chat qui est avec toi, comment s’appelle il ? »
Oups ! Je croie qu'il attendait plutôt que je lui demande son prénom a son tour. et si il se mettait en colère? J'avais déjà eu de la chance qu'il ne m'égorge pas quand je lui avait parler de ses chaussures. si là je survivais ce serait un exploit. suis-je donc si impatiente de mourir pour le provoqué ainsi? non j ne dois pas pensée ainsi! j'allais m'en sortir. je n'allait tout de même pas demander son prénom.  Cela m'étais égale. Un humain aussi étrange soit il m'était complètement indifférent. Je préfère savoir le nom du chat. Et si il ne le savait pas; j'irai demander au chat.
""_____________________
Tara est une gamine qui pense que la ville n'est que corruption, Précieuse une petite peste prête à tout pour arrivé à ses fins et Karen une gamine bavarde qui n'a aucun instinct de survie…
Je ne sais pas comment je vais m'en sortir avec ces trois-là.
Revenir en haut
ICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
Liù
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2013
Messages: 745
Localisation: En train d'écrire
Surnom: Elie
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon
Personnages: Marshall, 41 ans, chasseur (Je)Noé, 22 ans, Hybride cerf (je) - Billie, 16 ans, Hybride Louve (Je) - Léo Delance, 18 ans, Citadin/Hybride hyène (Tu) - Eliott Bourmault, 19 ans, Citadin (il)

MessagePosté le: Lun 11 Jan - 22:01 (2016)    Sujet du message: Les ombres brillent, le sang s'écoule- [PV Layla] [Death] Répondre en citant

Je restai assis, les jambes croisées, tentant d’analyser au mieux la situation. J’étais seul. Comment devais-je réagir face à cette hybride ? Qu’étais-je censé faire maintenant ? L’hybride semblait s’intéresser à mon chat. Normal, ils étaient cousins en quelques sortes. C’était des chats. J’aimais bien les chats. Mais elle, c’était aussi une humaine. Je n’aimais pas les humains. Que faire ? Que penser ? L’Autre m’avait toujours aidé à faire ça. Et maintenant, j’étais seul. Et elle. Ce n’était ni un chat ni un humain finalement. Elle était hybride. Donc je la haïssais. Mais qu’a-t-elle dit ? Là, à l’instant ! Layla ? C’est cela, Layla. Son prénom. Ainsi, je haïssais Layla. C’était absurde, je ne la connaissais pas. Mais je la détestais tout de même. Car c’était une hybride, chose qu’était ma première sœur et que je fus dans les huit premières années de ma vie. L’étais-je encore ? Non, évidemment. Je n’étais pas de ces monstres-là. En vérité, je ne savais pas très bien ce que j’étais. Mais qu’importe, tant que je n’étais pas un hybride. Si je coupais les oreilles et la queue de cette Layla, est-ce qu’elle ne serait plus une hybride ? Non. Cela ne suffisait pas. Il fallait aussi qu’elle pense comme moi. Je suis le seul à savoir comment penser. Si je ne suis ni humain, ni hybride, ni chasseur, peut-être suis-je une nouvelle espèce, au-dessus de toutes les autres. Mais à quoi cela pourrait bien me servir ? Je serais toujours seul. Et puis, c’était une idée idiote de vouloir me placer au-dessus de tous. Trop puéril et irréfléchi comme réflexion. J’étais un idiot.
« Et le chat qui est avec toi, comment s’appelle-t-il ? » Avait-elle aussi demandé après avoir dit son nom.

J’avais failli oublier, plongé dans mes pensées. C’est donc après un moment de silence que je lui répondis, pas le moins du monde offusqué par le fait qu’elle ne demande pas mon nom :

« Eclipse. » Répondis-je d’un air peu intéressé.

Je ne savais pas vraiment ce que j’étais en train de faire. Pourquoi lui répondre ? Pourquoi rester assis là, à ne rien faire ? Le regard dans le vide, hagard, je prenais soudainement conscience de mon aliénation. Depuis combien d’années étais-je ainsi ? Depuis toujours peut-être, je n’en avais aucune idée. J’avais peur que l’Autre revienne. J’avais peur que l’Autre ne revienne pas. Ces pensées contradictoires me perturbaient au plus haut point, et cela ne faisait qu’augmenter ma peur avec la crainte que l’hybride se rende compte de ma vulnérabilité actuelle. C’était un cercle vicieux dans lequel je m’étais enfourné depuis que l’Autre était parti. Cette peur réveillait ma rage et ma volonté de mettre fin aux agissements de cette hybride. Je savais de quoi elle était coupable : Elle perturbait mes pensées et avait fait fuir l’Autre. C’était sa faute. Elle devait payer. Mais malgré cela, je restais immobile et inattentif à ce qui m’entourait, trop peu habitué à être seul.
""_____________________
Billie : "Du courage nom d’un loup, du courage ! Enfin… J’essayais d’être courageuse."
Léo : "Tu m'as aidé juste pour m'aider, moi je l'aurais fait car un cadavre à domicile c'est trop d'encombrement."
Eliott : "Il n'y aucune différence entre nous deux. Elle a juste des oreilles et une queue en plus, c'est tout."
Noé : "La peur, ça nous terrifie tous."
Revenir en haut
ICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
tara
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2013
Messages: 392
Localisation: dans un monde merveilleux ou demon et ange vivent en paix
Surnom: titi
Féminin Balance (23sep-22oct) 龍 Dragon
Personnages: Tara; 14 ans; citadine; Préécieuse; 14 ans; citadine. Karen; 17 ans, chasseuse de fraisiers

MessagePosté le: Mer 23 Mar - 17:56 (2016)    Sujet du message: Les ombres brillent, le sang s'écoule- [PV Layla] [Death] Répondre en citant

Éclipse... c'était un beau nom. Ce chat noir était tout aussi magnifique. Tant de majesté, de grâce se dégageait de ce petit être, qui paraissait frêle mais était si fort. J’aimai vraiment les chats, ils étaient tellement beaux. Ils ne semblaient pas se soucier de ce qu'on pensait d'eux et était totalement libre. Je pense qu'au fond de moi, j'étais jalouse d'eux. Je le ressemblais peut-être physiquement mais, mentalement, nous étions très différents : les chats étaient des êtres courageux et j'étais une lâche ; ils étaient très adroits, mon équilibre était précaire et tant de chose encore. C'était indéniable mais j'avais appris à vivre avec tout... je retins un petit cri de surprise. L'odeur de l'humain-hybride avait changé. Quelque minute avant, il semblait partagé, puis la peur s'en était allé. Pas pour longtemps, elle reviendrais, elle reviens toujours. Je le savais, je vivais sans cesse dans la peur. La peur d'être trouver par ceux qui m’embêtais, la peur de décevoir ma sœur et ceux qui m'entourait, je vivais dans la peur et n'avais jamais été libre. Mais maintenant, c'était l'humain-hybride qui avait peur plus que moi. Si il avais peur c'était qu'il était tourmenté. J’espère que ses problème vont se résoudre et que la peur qui le hante le laissera tranquille.
Le vent se mis a souffler m'apportant l'odeur de la forêt, celle de l'humain et celle de mes propres sentiments. Je fermais les yeux. Le parfums des arbres était exquis. Je crois que c'est ce qui me manquera le plus si l’humain me tue. La senteur des sapins quand il à plus, voire les feuille voltiger comme une ronde infinie. L'odeur de la forêt ensoleillé comme humide allait me manqué. Oui, c'était indéniable. Alors les yeux fermés, j’écoutai le son de la terre, ce cœur qui battait au rythmes des vivants. Je m’imprégnais de ce qui m'entourais sans pensée a l'humain-hybride perdue devant moi. Alors mes lèvres s’étirèrent et, pour la première fois depuis longtemps, je souris. C'était fou, j’étais devant un être qui, potentiellement, voulait me tuer et je souriait. Je me sentait bien, tranquille. La peur semblais s'être retiré au plus profond de ma poitrine. L’étau qui me broyait le cœur s'était desserrer. Que m'importait de mourir maintenant ou de survivre. J'avais compris ce que cela faisait de ne pas avoir peur.
Pourquoi à tu peur ? Demandais-je
Je voulais que l’humain-hybride connaisse cette même paix intérieur. Pour cela il devait retrouver ce qui lui faisait peur et lui parler. Poser cette question me ferait peut être perdre la vie mais avant de me tué il devrais répondre à la question. Je le fixais, attendant la réponse, une flamme de détermination, oh combien rare, brillant dans mes yeux.
""_____________________
Tara est une gamine qui pense que la ville n'est que corruption, Précieuse une petite peste prête à tout pour arrivé à ses fins et Karen une gamine bavarde qui n'a aucun instinct de survie…
Je ne sais pas comment je vais m'en sortir avec ces trois-là.
Revenir en haut
ICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
Liù
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2013
Messages: 745
Localisation: En train d'écrire
Surnom: Elie
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon
Personnages: Marshall, 41 ans, chasseur (Je)Noé, 22 ans, Hybride cerf (je) - Billie, 16 ans, Hybride Louve (Je) - Léo Delance, 18 ans, Citadin/Hybride hyène (Tu) - Eliott Bourmault, 19 ans, Citadin (il)

MessagePosté le: Ven 8 Avr - 20:46 (2016)    Sujet du message: Les ombres brillent, le sang s'écoule- [PV Layla] [Death] Répondre en citant

Le silence s’était installé à nouveau. Enfin, du moins entre l’hybride et moi. La forêt elle, grondait et vibrait de bruits à la fois étranges et familiers. Je n’en saisissais que la moitié cependant : J’utilisais une ouïe humaine, et je m’y étais habitué depuis le temps. L’hybride ferma les yeux et… elle sourit. Un grand sourire, léger et serein, heureux. Je fronçais les sourcils. Elle se moquait de moi ? Ouvertement ? Je la haïssais ! Je la haïssais parce qu’elle était une hybride, mais aussi parce qu’elle connaissait ma véritable nature, et puis surtout parce qu’à cause d’elle j’étais seul, mais le pire qu’elle eut fait, c’était qu’elle n’avait aucune gêne à exprimer son bonheur et sa bonne humeur. Quelle égoïste, je la hais ! J’avais envie de m’approcher, de la frapper pour qu’elle efface ce sourire odieux de son visage. La rage montait en moi, mais mes fulminations stoppèrent net quand elle rouvrit les yeux, me transperçant de son regard de félin et me demanda :

« Pourquoi as-tu peur ? »


J’écarquillais les yeux, surpris. Elle n’avait de cesse de me surprendre… C’était typique des hybrides, tous fourbes et trompeurs. Je me relevai brusquement, faisant sursauter Eclipse au passage. Ne prêtant pas attention à lui, je ne me détachais pas du regard déterminé de l’hybride. Tiens, maintenant que j’y pensais… Elle m’avait dit son nom tout à l’heure. Peut-être devrais-je la nommer par celui-ci : Layla. Non, non, à quoi je pensais ? Peu importe la manière dont je la qualifiais, son nom n’avait aucune importance, le fait que c’était une hybride, ça, c’était important ! Mais… Pourquoi lui avais-je demandé son nom s’il ne comptait pas ? Je ne comprenais plus rien, mes paroles, mes pensées et mes pensées étaient incohérentes. Pourquoi pensais-je à tout cela d’ailleurs, elle venait de me poser une question : Pourquoi j’ai peur. Pourquoi ? Aucune importance. Elle n’avait pas à le savoir. L’existence de l’Autre était un secret, c’était mon secret. Il était à moi, rien qu’à moi. Je commençais à trembler. Elle a peut-être découvert ma nature d’hybride, mais ça elle ne le saura jamais ! Jamais !

« Jamais ! Tu entends, tu ne le sauras jamais ! »
Commençais-je à hurler, prenant ma tête entre mes mains commençant à sentir un mal de crâne douloureux.
Pourquoi dire ça tout haut ? Avais-je l’air fou ?

« Jamais ! Jamais ! C’est toi qui devrais avoir peur, idiote ! » Lui lançais-je.

« Elle ne le saura pas. N’est-ce pas ? Non, elle ne le saura pas. Je ne lui dirais rien. » Repris-je en murmurant, pensant m’adresser à l’Autre, sachant que l’hybride ne comprendrait pas d’où je voulais en venir.
Peut-être étais-je en train de délirer, peut-être étais-je vraiment fou, peu importe. Je m’aperçus qu’en parlant, j’avais avancé d’un pas, ce qui me provoqua le reflex de reculer. Je n’arrivais plus à comprendre. J’étais si calme il y a quelques secondes… et me voilà devenu dingue ? Depuis quand avais-je développé ce besoin obsessionnel d'avoir un secret rien que pour moi ? Je tentais de réprimer mes tremblements et mon mal de tête, ayant cessé de fixer l’hybride.
""_____________________
Billie : "Du courage nom d’un loup, du courage ! Enfin… J’essayais d’être courageuse."
Léo : "Tu m'as aidé juste pour m'aider, moi je l'aurais fait car un cadavre à domicile c'est trop d'encombrement."
Eliott : "Il n'y aucune différence entre nous deux. Elle a juste des oreilles et une queue en plus, c'est tout."
Noé : "La peur, ça nous terrifie tous."
Revenir en haut
ICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
tara
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2013
Messages: 392
Localisation: dans un monde merveilleux ou demon et ange vivent en paix
Surnom: titi
Féminin Balance (23sep-22oct) 龍 Dragon
Personnages: Tara; 14 ans; citadine; Préécieuse; 14 ans; citadine. Karen; 17 ans, chasseuse de fraisiers

MessagePosté le: Sam 9 Avr - 18:12 (2016)    Sujet du message: Les ombres brillent, le sang s'écoule- [PV Layla] [Death] Répondre en citant

Jamais ! Tu entends, tu ne le sauras jamais !
J'aurai dû m'en douter, il ne veut pas me répondre c'est un hybride qui se fait passer pour un humain. Il doit avoir des problèmes compliqués. Qu'est-ce que je dis les problèmes sont toujours compliqué. S'il fait semblant d'être humain, c'est qu'il doit avoir un problème avec sa famille, je pense. J me demande si c'est un problème de meurtres, après tout il a voulu me tué. Mais pourquoi, je ne suis pas sa famille ? Ils se vengent ? Je ne comprends pas mais peu importe, je veux le sauver. Aussi pour m’empêcher de mourir, je dois l'avouer. Je suis tellement égoïste.
Il se tenait la tête entre les mains, il devait avoir mal et moi je pensais a ma petite personne. Quelle idiote ! je devais l'aider ! Je fis un pas vers lui pour le soutenir mais il reprit la parole. Les mots qu'il prononça me figèrent sur place :
jamais ! Jamais ! C’est toi qui devrais avoir peur, idiote !
Elle ne le saura pas. N’est-ce pas ? Non, elle ne le saura pas. Je ne lui dirais rien.

Les dernières phrases avaient été prononcées dans un murmure, un souffle. Il se parlait à lui-même . Pourquoi ? Je ne le savais pas. En tout cas, ces mots m'avaient arrêté net dans mon élan.
Peut-être était-ce a cause du ton ou alors des mots prononcés, mais toujours est-il qu'il m'avait fait peur. Pourquoi crié ? Je ne lui avais rien fait : ou peut-être que si. Peut-être que je l'avais insulté sans m'en apercevoir. Je devais avoir fait un faux pas. Je l'avais blessé sans m'en rendre compte, Je ne voulais pas lui faire de mal. Je... je.
Mes yeux s’embuaient mais aucunes larmes ne coulaient. Seul quelques gouttes perlaient au bord de mes cils sans daigner s'abattre sur mes joues. Je me sentais tellement coupable de l'avoir blessé. Je ne voulais vraiment pas...
Désolé, je ne voulais pas te faire de mal.
Voilà c'était sortie, je lui avais parlé. Maintenant que j'avais commencé, je ne pouvais m’arrêter:
Je ne sais pas ce que j'ai fait mais si tu veux bien me le dire je ferais attention. Alors, s'il te plaît, ne crie pas. Je suis vraiment... vraiment dé... désolé.
Oui, je voulais qu'il ait moins mal ; qu'il se retrouve et la lumière avec lui. Je ne pouvais pas lui dire ça, en vérité j'avais peur de lui dire, je suis tellement égoïste.
""_____________________
Tara est une gamine qui pense que la ville n'est que corruption, Précieuse une petite peste prête à tout pour arrivé à ses fins et Karen une gamine bavarde qui n'a aucun instinct de survie…
Je ne sais pas comment je vais m'en sortir avec ces trois-là.
Revenir en haut
ICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:08 (2018)    Sujet du message: Les ombres brillent, le sang s'écoule- [PV Layla] [Death]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Au delà de ce monde Index du Forum -> Archives -> Archives des RP's Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky